Les derniers articles

une histoire ignoble
de fruit pourri,
qui finit bien

En général je ne réagis pas à chaud, sous l'émotion... Je prends le temps de vivre ce que j'ai à vivre avant d'écrire. Mais parfois utiliser nos émotions peut être plus parlant.
 
Ce matin je suis tombé sur un bref texte, de spiritualité (?), tout est relatif, dont voici le résumé :
Quand on met un fruit pourri parmi des fruits sains, les fruits sains pourrissent beaucoup plus vite. Conclusion : les êtres humains sont pareils, évitez les personnes négatives pour éviter de pourrir.
 
Alors... Je ne vais pas juger mes amis Facebook qui ont aimé et partagé ce texte, juste dire ce que je ressens.
MAIS QUELLE HORREUR !!!
Comparer un être humain à un fruit pourri ?
Sortir la personne négative pour ne pas qu'elle infecte les autres ?
Est-ce que vous aimeriez être considéré comme un fruit pourri à éviter ? Un pestiféré à mettre au ban de la société ? Et si l'être humain a éviter était vous, votre enfant, votre conjoint ou un parent ? 
Cela ne vous évoque vraiment rien en cette période de qovid ?
Mettre les personnes en bonne santé d'un côté et le malade en quarantaine ?
Ou alors mettre les blancs d'un côté et le noir de l'autre ? Les hommes et la femme ? Les religieux et l'athée ? Les hétéros et l'homo ? Etc. 
Vous connaissez le syndrome du mouton noir ? Non ? Et bien je viens de l'inventer peut-être : disons se sentir un mouton noir au milieu des moutons blancs, un fruit pourri parmi les fruits sains. 
 
Je continue à exprimer mes émotions spontanément : mon Dieu s'il y a un fruit pourri c'est bien la personne qui a écrit cette ignominie.
 
Je ne vais pas faire long et j'ai précisé dans le titre que cette histoire finissait bien :
Les êtres humains ne sont pas comme un panier de fruits. Vous pouvez mettre un être humain négatif, parmi un groupe positif et lui permettre de se guérir, s'épanouir, positiver.
J'irai même plus loin, vous pouvez mettre UN être humain bon et bienveillant, parmi un groupe négatif, malsain ou en souffrance, et que ce soit lui seul qui illumine le groupe, le transforme en groupe génial, positif et lumineux.
 
Ma conclusion : considérer un être humain comme un fruit pourri c'est déjà être infecté par la pourriture.
Ne vous sous-estimez pas, votre pouvoir est considérable, vous êtes de grands guérisseurs et c'est à vous de décider en conscience de vous laisser pourrir par quelqu'un ou de l'aider et élever son énergie.
 
Ce n'est pas de la spiritualité de nous éloigner des personnes négatives. La spiritualité c'est de l'amour : tendre la main à son prochain, le relever, l'aider à grandir, à évoluer, à s'améliorer.
Et si vous n'y parvenez pas, ce n'est pas grave, vous aurez fait de votre mieux. Mais en aucun cas, condamner cette personne à être un fruit pourri, car c'est peut-être bien elle qui est en train de vous faire travailler sur vous.
 
À tous les fruits pourris de cette planète, vous êtes un engrais fertil et nécessaire à la vie. Ne laissez jamais quelqu'un qui se prend pour un fruit sain vous infecter de son jugement malsain.
 
Gwen CLAPPE

Contact

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

© Gwen Clappe 2021 - Tous droits réservés

Design & communication
www.pikystudio.ch