Les derniers articles

Je suis nul - La dévalorisation

Avez-vous déjà ressenti cela ? Vous sentir nul, inutile, ne servir à rien ?
Entendu cette voix du juge intérieur vous dire « t’es une merde ! »
Je crois que cela nous est arrivé à tous.
C’est humain.
 
Faire de son mieux pour la réalisation d’un rêve et échouer,
Tout faire pour qu’une relation fonctionne et finir seul,
Mettre tout son cœur pour soigner quelqu’un que la maladie emporte,
Essayer de changer, et retomber inlassablement dans ses travers.
 
J’accepte, d’être nul, inutile, un échec et une merde.
Je pleure toutes les larmes de mon corps devant l’impuissance,
Je hurle la colère que je m’inflige par culpabilité,
Et je m’observe.
 
C’est à ce moment qu’arrive l’autodestruction,
Nos vices… quels sont les vôtres ?
Une cigarette ? Une bonne cuite ? Un shoot ? Un rail ? Une drogue ?
Un médicament ? Une orgie alimentaire ? Une soudaine envie d’appeler un proche pour lui déverser notre mal-être dessus ?
La tentation est grande…
 
J’observe… souffrance… culpabilité… autodestruction… et ensuite ? chercher un coupable extérieur ? Je me sens nul vis-à-vis de qui ?
Hm… à quoi bon être utile, suis-je un objet ?
L’arbre se sent-il nul ? L’étoile se sent-elle utile ? Le lac existe-t-il pour une fonction ? Non.
Alors pourquoi nous humains ? Est-ce notre relation à nous-mêmes qui nous met cette pression, ou l’illusion de devoir être utile au regard des autres ?
Je crois que c’est une responsabilité qu’on se donne pour toutes les personnes qui nous ont mis la pression.
 
Amitié, amour, famille, relations humaines… 
Il y a des personnes qui ont l’art de nous faire évoluer, nous aimer, nous élever,
Et d’autres qui nous condamnent, nous jugent, nous abandonnent au moindre faux-pas.
Et on se sent une merde. Non pas nous-mêmes, mais à travers elles.
 
Respire, recentre-toi, écoute ton Âme :
« TU N’ES PAS NUL, tu tentes juste en vain de contenter des éternels insatisfaits, dont certaines facettes de toi font partie, par Amour. C’est beau, c’est de l’Amour. Tu es un être d’amour qui fait de son mieux chaque jour, et qui a le droit à l’erreur. Certains t’honoreront pour les 9/10 de ce que tu leur apportes, et d’autres te jetteront la pierre pour le 1/10 ou tu n’as pas été à la hauteur. C’est ton objectif de corriger cette partie de toi, mais te mettre en souffrance pour l’éternel insatisfaction n’est pas juste. Regarde les animaux, une mère qui accouche des petits et dont certains meurent souffre bien sûr, mais n’a aucune raison de culpabiliser n’est-ce pas ? Et bien c’est pareil. Ce ne sont pas des erreurs, des bêtises, des torts, c’est la vie. Rien n’est parfait. »
 
Le perfectionnisme… Ah oui, merci mon Âme.
J’aime et j’honore les autres tels qu’ils sont et je voudrai être parfait sinon je ne mérite pas d’être aimé, voilà la croyance limitante et limitée. 
Acceptez d’être nul au regard des autres, avec Amour et Foi pour vous, car vous êtes merveilleux. Vous êtes VOUS, vous faites ce que vous avez à faire, pour vous, les personnes en qui vous croyez, et la réalisation de vos rêves ; c’est utile, c’est votre « fonction » et raison d’être.
Aux éternels insatisfaits… Bonne chance pour trouver la perfection... ou vous guérir. Nous savons qui nous sommes, imparfaits, mais heureux d’être qui nous sommes. Et je vous rassure, nous vous aimons comme vous êtes, car nous savons que cette pression que vous nous mettez et qui vous empêche de nous aimer si nous ne sommes pas parfaits, est celle que vous vous infligez car on vous la infligée injustement depuis trop longtemps.
 
On se soutient, aimons-nous. À soi, et à tous : "je t'aime tel(le) que tu es".

Contact

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

© Gwen Clappe 2020 - Tous droits réservés

Design & communication www.pikystudio.ch